Aller au contenu Aller à la navigation Aller à la recherche Aller au pied de page Accessibilité

Jacques Offenbach (1819-1880) ou l’Empereur de l’Opéra – Bouffe

mar. 19 nov. 14h30
à
16h30

Par Patrick Favre-Tissot-Bonvoisin
Musicologue – Historien de la musique


L’echappé

Il existe deux manières d’aborder le « cas » Offenbach :
Soit en surface, au premier degré, et alors on prend le risque de le considérer comme un artiste superficiel, auteur de divertissements habiles et plaisants. Soit en profondeur, avec du recul et, osons le dire, en utilisant la voie de l’approche scientifique. Cette dernière manière demeure à nos yeux la meilleure car elle permet de réellement saisir la dimension de ce que nous appellerons « le mythe Offenbach » mais aussi, de comprendre ce qui a fait et continue de faire, aujourd’hui, l’éternelle jeunesse de ses oeuvres. Toutefois, nous prendrons garde, aussi, de ne pas oublier la sensibilité de
l’homme Offenbach. Cette sensibilité se révèle à nous au détour des pages les plus inattendues d’un compositeur à deux visages, véritable « Janus » de la musique dite « légère », féroce contempteur de la bêtise humaine, ancêtre prestigieux de nos actuels imitateurs et chansonniers.